Un mort et cinq personnes arrêtées lors d’une attaque déjouée à La Mecque

Le gouvernement saoudien prétend avoir déjoué un « acte terroriste » dans le premier lieu saint de l’Islam. Les forces de sécurité saoudiennes ont contrecarré ce vendredi un  » acte terroriste  » contre la Grande Mosquée de la Mecque, premier lieu sacré de l’Islam, où des dizaines de milliers de fidèles étaient rassemblés, selon le ministère de l’Intérieur. 11 personnes – six pèlerins étrangers et cinq policiers – ont été blessées lors de l’effondrement d’un bâtiment de trois étages où un kamikaze avait été barricadé et détruit par une explosion, a expliqué M. Interior.

Un mort et cinq personnes arrêtées lors d’une attaque déjouée à La Mecque en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à Bahreïn et en Égypte ont rompu leurs relations avec le Qatar pour « soutien au terrorisme ».

 

Le kamikaze faisait partie d’un groupe « terroriste » basé dans deux quartiers de La Mecque et Yedda, la capitale économique du royaume sur la mer Rouge. Cinq membres du groupe, dont une femme, ont été arrêtés, a ajouté un porte-parole du ministère. L’attaque, dont la planification a été perturbée vendredi, mais au sujet de laquelle aucun détail n’a été donné, était « imminente et visait la sécurité de la Grande Mosquée et des fidèles », a déclaré le porte-parole, cité par l’agence officielle saoudienne Spa.

Selon le porte-parole, le kamikaze responsable de son exécution a explosé après avoir refusé de se rendre aux forces de sécurité, qui ont assiégé un bâtiment de trois étages où il s’était barricadé dans le périmètre de la Grande Mosquée. « Malheureusement, il a commencé à tirer sur le personnel de sécurité dès qu’il a remarqué leur présence dans la zone, ce qui a conduit à la fusillade avant qu’elle n’explose « , a-t-il ajouté.

 

Deux des pèlerins étrangers blessés sont toujours hospitalisés, tandis que les quatre autres ont reçu leur congé après avoir reçu de l’aide. Le porte-parole a indiqué que le groupe « terroriste » voulait attaquer « le lieu le plus sacré » des musulmans, mettant en œuvre « des plans dirigés de l’étranger dans le but de saper la sécurité et la stabilité » du royaume saoudien.

 

Elle s’est toutefois abstenue d’identifier les auteurs intellectuels présumés de l’action frustrée ou les pays qui l’ont encouragée. Le porte-parole a cependant rappelé que  » plusieurs cellules terroristes ont été démantelées au cours des deux dernières années à La Mecque et dans sa banlieue « , ajoutant que leur objectif était  » de remettre en cause la capacité (des autorités) du royaume à assurer la sécurité des fidèles.

Beaucoup de fidèles étaient dans la Grande Mosquée ce vendredi, le dernier du Ramadan, lorsque la police a empêché l’attaque. En juillet 2016, une attaque contre Médine, deuxième lieu saint de l’Islam, a tué quatre agents de sécurité près de la mosquée du prophète Mahomet. Une autre action lancée le même jour visait une mosquée chiite dans la ville du Catif et une troisième devant le consulat américain à Yedda.

f }